Les Domaines Agricoles Partagés

Le Plan de Retour Vers l'Agriculture (REVA) et la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l'Abondance (GOANA) enclenchent un important processus de réajustement de l'économie nationale autour du secteur primaire qui emploie la majorité de la population active du pays. A l'effet de cette évolution structurelle, le Gouvernement du Sénégal accroît les ressources consacrées au secteur agricole pour faire face aux défis majeurs qui l'interpellent en matière de lutte contre l'insécurité alimentaire et la pauvreté rurale.

L'amélioration progressive de l'environnement des affaires dans l'agriculture (sens large) entraîne, en ce qui concerne les producteurs, une sensible augmentation du flux d'arrivée de nouveaux investisseurs agricoles doublée d'un regain de motivation des acteurs du secteur. Il en résulte une forte croissance de la demande en foncier agricole dans toutes les régions du pays.

Pour répondre à cette sollicitation tout en accompagnant la stratégie d'intensification de la production et d'allongement de la période productive, l'Agence REVA a conçu un projet d'aménagement de Domaines Agricoles Partagés (DAP).

Cette facilitation de l'accès à la terre consiste à aménager de vastes aires agricoles en vue de la fourniture d'eau et de la mise à disposition de parcelles équipées, sécurisées par un dispositif de protection (clôtures) et désenclavées par des pistes de production. Des infrastructures et équipements annexes seront installés pour faciliter les opérations de stockage, de conservation et de manutention. Toutes les commodités nécessaires à l'offre de services appropriés (financement, travaux des sols, marketing) sont envisagées dans la mise en place des DAP.

La stratégie de mise en œuvre du projet s'articule en un Partenariat Public-Privé où les responsabilités respectives des parties prenantes sont ainsi déterminées :

  • Les collectivités locales mettent à disposition les terres ;
  • l'Etat, représenté par l'A.N.REVA, maître d'ouvrage, procède à la viabilisation primaire des parcelles et l'aménagement des infrastructures collectives ;
  • le promoteur privé, attributaire d'une superficie, assure la viabilisation terminale et la mise en valeur de ses parcelles.
La parcellisation des Domaines Agricoles Partagés consiste à l'autonomisation de blocs d'irrigation de 05 à 20 hectares sur une surface agricole utile de 500 à 1000 hectares.

La première phase du projet, prévue pour la période 2008-2012, a pour objectif d'aménager 2.500 hectares de terres irriguées en régime de maîtrise totale de l'eau (goutte-à-goutte, aspersion). Ce rythme d'aménagement de 500 hectares l'an pendant la première phase sera porté à 1.000 ha/an durant la phase suivante de consolidation.

L'impact socioéconomique attendu du projet concerne essentiellement l'emploi agricole (12.500 actifs insérés), les revenus agricoles (réduction de la pauvreté), la production horticole (37.500 tonnes de fruits et légumes), la sécurité alimentaire, les équilibres macroéconomiques (réduction du déficit commerciale), la sécurité alimentaire et l'inversion des flux démographiques (décélération de l'exode rural).

Le coût de la première phase du projet est estimé à quinze (15) milliards de francs CFA, soit un besoin de financement annuel moyen de trois (03) milliards. Les dépenses sont essentiellement consacrées aux travaux de viabilisation des parcelles et de mise en place des infrastructures de base.